Mise en ligne 03/11/2021

Proposé par :Atmo Auvergne-Rhône-Alpes

Le réseau de chaleur de la Métropole

Porteur de l'action :

Grenoble-Alpes Métropole

Territoire concerné :

Grenoble, Échirolles, Eybens, Gières, La Tronche, Le Pont-de-Claix et Saint-Martin-d'Hères

Promesse :

Encourager le recours au réseau de chaleur.

Type structure :

EPCI

Site web structure :

www.grenoblealpesmetropole.fr

Le réseau de chaleur, également appelé « chauffage urbain », est un système distribuant de l’eau chaude produite par une ou plusieurs chaufferies. Cette eau chaude est acheminée via un vaste réseau de canalisations souterraines, à divers clients : logements, bureaux, bâtiments publics… Elle sert principalement au chauffage des bâtiments.

Le réseau de chaleur de la Métropole, 2ème réseau le plus important de France (derrière Paris), est composé de 5 unités de production* et de 170 km de tuyaux qui alimentent à ce jour 46 000 logements, le campus universitaire, le CHU et de nombreux autres bâtiments publics. Il est exploité par la Compagnie de chauffage.

Dans le cadre de son schéma directeur énergie 2030, la Métropole affirme sa volonté de produire de la chaleur renouvelable, à travers différents projets, comme la densification du réseau de chaleur métropolitain dont elle est propriétaire. Depuis 2018, les bâtiments situés dans son périmètre doivent obligatoirement s’y raccorder s’ils sont concernés par un projet de rénovation, d’extension ou de remplacement du système de chauffage, une première en France à cette échelle.

Les sites de production de chaleur à l’échelle d’une ville comme Grenoble sont bien plus performants en termes d’impact environnemental car ils émettent moins de particules fines qu’une multiplicité d’installations individuelles.
Les dispositifs de traitement des rejets atmosphériques des sites de production assurent des performances supérieures aux normes en vigueur et les mesures qui sont effectuées en continu montrent des niveaux de pollution extrêmement bas, bien inférieurs aux normes européennes.
Outre le confort qu’il procure, le réseau de chaleur urbain offre un triple avantage environnemental, économique et sécuritaire.

*les unités de production de chaleur alimentant le réseau de chauffage urbain : Athanor, Biomax, Poterne, Villeneuve, Vaucanson.

Ambition

Objectifs

  • Densifier le réseau de chaleur métropolitain.

 

Résultats attendus

  • Augmenter l’utilisation des énergies renouvelables et de récupération pour alimenter le réseau de chaleur : 85 %  d’ici 2022 et 100 % en 2033
  • Diminuer des émissions de polluants des logements et des bâtiments en passant au réseau de chaleur
  • 15 à 20 000 logements, soit entre 500 et 1000 bâtiments raccordés au réseau d’ici 2030

Indicateurs de performance

  • Nombre de logements qui se sont raccordés sur la réseau de chaleur
  • Diminution des émissions de polluants dû au chauffage des logements et des bâtiments
  • Pourcentage d’énergies renouvelables et de récupération qui alimente le réseau de chaleur

 

  • Plan de référence

    Schéma directeur énergie 2030

  • Type de territoire

    Urbain, périurbain

  • Secteur

    Grenoble, Échirolles, Eybens, Gières, La Tronche, Le Pont-de-Claix et Saint-Martin-d'Hères

  • Public concerné

    Habitants, professionnels

  • Type d'action

    réduction

Médias

0 personnes aiment ce projet

J'aime

Gain climat

Émissions évitées.
Valeur(s) exprimée(s) en équivalent CO₂

Gain air

Émissions évitées.

Gain énergie

Consommations d'énergie évitées.

Dans la même thématique

Chauffage

Mise en place du fonds air-bois (bois-bûches) « Balance ton poêle »

Chambéry - Grand Chambéry
-3,1 t

Chauffage

Conversion de chaudières fioul ou propane obsolètes par un système...

Grenoble - Grenoble-Alpes Métropole
-25 kg